-

 
 
 
 
 




       




MECANIQUES FATALES

8,20 €

Épuisé

OU
Dans un futur lointain où les cités montées sur roues se pourchassent, affamées, Londres, l'immense locomopole, est en quête de nouvelles proies ! La jeune Hester Shaw, elle, est tenaillée par une autre faim : la vengeance. Accompagnée de Tom, un apprenti Historien, parviendra-t-elle à retrouver l'assassin de sa mère ?Un incroyable monde postapocalyptique où les villes s'entre-dévorent pour survivre. Le premier volet d'une série époustouflante et la confirmation d'un grand auteur.Philip Reeve est né et a grandi à Brighton, où il a travaillé pendant de nombreuses années comme libraire, tout en commençant à coécrire, produire et mettre en scène des pièces de théâtre à petit budget. Passionné par l'écriture depuis son enfance, Philip Reeve est également illustrateur et a mis en images environ quarante livres pour enfants, dont plusieurs best-sellers. Mécaniques fatales est son premier roman publié (paru en grand format aux Éditions Hachette).Extrait du livre :Le grand hommeC'est ainsi que Tom fut condamné au Service des Entrailles pendant que les autres célébraient la prise de Lapalud. Après une longue et pénible réprimande dans le bureau de Pomeroy - «M'avez désobéi, Natsworthy... Frapper un aîné... Qu'auraient dit vos malheureux parents ?» -, il se traîna jusqu'à la gare de Tottenham Court Road, où il attendit un ascenseur à destination des bas quartiers de Londres.Quand il arriva, la cabine était bondée. Les sièges du compartiment supérieur étaient occupés par des arrogants de la Guilde des Ingénieurs - hommes et femmes confondus -, la plus puissante des quatre Guildes qui dirigeaient la locomopole. Avec leurs crânes chauves et leurs longs manteaux de cuir blanc, ils flanquaient la frousse à Tom, qui préféra rester debout à l'étage du dessous, sévèrement toisé par Monsieur le Maire du haut d'affiches qui proclamaient : «Le mouvement, c'est la vie !» «Aidez la Guilde des Ingénieurs à garder Londres en mouvement !» La cabine entama sa descente, s'arrêtant aux stations habituelles - Bakerloo, High Holborn, Low Holborn, Bethnal Green -, s'emplissant chaque fois un peu plus, si bien que Tom finit écrasé contre la paroi du fond. Ce fut un vrai soulage­ment lorsqu'ils atteignirent enfin les tréfonds de la cité, et que le jeune apprenti plongea dans l'effervescence tapageuse des Entrailles.Les Entrailles, territoire malodorant de chantiers et d'usines sis entre les Mâchoires et la principale salle des machines, étaient l'endroit où la cité démantelait les villes qu'elle avait attrapées. Tom les abhorrait. Des ouvriers du Bas Londres, sales et effrayants, et, pis encore, des détenus du Grand Pénitencier y travaillaient dans un vacarme incessant. La chaleur qui régnait lui donnait toujours mal à la tête, l'atmosphère soufrée le faisait éternuer, et le papillotement des lampadaires à argon éclairant les allées lui blessait les yeux. Mais la Guilde des Historiens avait toujours tenu à ce que des membres de son personnel soient disponibles lorsqu'une ville était en cours de digestion. Ce soir, Tom se joindrait à eux pour rappeler à ces gros durs de chefs d'équipe que tout livre ou antiquité trouvé à bord de la nouvelle prise était la propriété légitime de la Guilde et que l'histoire était aussi importante que les briques, le fer ou le charbon.

Soyez le premier à commenter ce produit

Informations complémentaires

Titre MECANIQUES FATALES
auteur PHILIP REEVE
editeur FOLIO